Pour obtenir le certificat
Besoin de formations ?

Consultez le catalogue des formations 2016-2017

Les actualités de la Chambre d'agriculture de l'Hérault

Le 19/01/2017 15:38 Il y a : 245 jour(s)

Qu’est ce qui se dit dans un GAT ? Exemple de St-Pons-de-Thomières le 7 janvier

Auteur : DUPUY I.

Le Président et les élus de la Chambre d’agriculture ont discuté avec plusieurs d’entre vous sur vos territoires en décembre dernier ou en ce mois de Janvier. Ces traditionnels « GAT », groupes d’action territorial sont organisés chaque année parce qu’en un an il se passe beaucoup de choses dans les territoires et au sein de filières. Il est important que vous puissiez dialoguer et questionner vos élus Chambre d’agriculture.

A St-Pons-de-Thomières, la quinzaine d’agriculteurs présents sont en majorité des habitués, ils viennent s’informer des actualités et partager leurs expériences.

Cette année, les débats se tiennent avec Brigitte Singla, Philippe Coste et Jérôme Despey, autour du sujet central du dispositif assurantiel, le fonds des calamités agricoles ne couvrant plus les pertes sécheresse (à lire dossier central de Chambre info de février). Beaucoup se posent la question sur le fait de recourir ou non à une assurance privée. Du fait d’épisodes de sécheresse récurrents, il est de plus en plus difficile de constituer des stocks suffisants pour assurer l’autonomie alimentaires des troupeaux. Les fortes chaleur ont ainsi un effet non négligeable sur le pâturage d’automne. Il va falloir travailler sur la recherche de variétés plus résistantes ainsi que sur l’impact de du changement climatique sur les surfaces de parcours. L’assurance collective est aussi un moyen de faire face aux coups très durs, Il est donc recommandé de réfléchir à l’intérêt d’une assurance prairie qui somme toute reste raisonnable compte tenu de la prise en charge par la PAC à hauteur de 65%.

D’autres sujets spécifiques au territoire soulèvent des problématiques : le défrichement tant dans un but de remise en culture que d’ouverture de milieu pour le pâturage, la gestion du foncier et la préservation des espaces agricoles. Concernant le défrichement, Jérôme Despey propose de se rapprocher des services de la DDTM en charge de l’application de la loi sur le défrichement pour clarifier l’interprétation de façon concertée. Sur la question de la gestion du foncier, Le Président de la Chambre d’agriculture explique qu’il souhaite une concertation en amont des SCOT (schéma de cohérence territorial) pour la destination des terres agricoles et négocier une compensation en cas de déprise foncière qui revienne au monde agricole pour aider l’installation de jeunes agriculteurs. Philippe Coste explique la volonté de la Communauté de communes du Grand Orb en faveur de la reconquête des friches allant jusqu’à l’acquisition foncière par la collectivité pour une mise à disposition durable à l’agriculture. Par territoire, il propose que la profession ait une approche volontariste en lien avec les collectivités.

La rencontre se termine sur des propos liés au fléau des sangliers. Si la Fédération de Chasse semble satisfaite des bons résultats dans l’Hérault, les agriculteurs eux, savent que les dégâts sont récurrents et vont jusqu’à remettre en cause certaines cultures. « Ce n’est pas comme cela qu’on avancera » explique Jérôme Despey. Il faut déclarer vos dégâts ! ». « Nous pouvons demander que les clôtures soient à la charge des chasseurs mais elles ne peuvent pas devenir la seule solution et donc la règle », avise Brigitte Singla. La Chambre d’agriculture proposera à l’administration que le tir à l’affut soit étendu à l’ensemble des communes du département.


Mentions légales | Contacts |  Plan du site    |  RSS